Tarière

Photo Tarière

La tarière est une grande vrille de charpentier ou de charron qui, par un mouvement de rotation lent avec arrêts, permet de faire des trous dans le bois.

Elle se compose d’une grande mèche en acier dont l’extrémité opposée au coupant, est terminée soit par un œil, soit par une queue carrée destinée à recevoir un manche qui se nomme tourne-à-gauche.

Elle peut revêtir des formes différentes. On distingue les tarières torses, américaines et à cuiller.

Les tarières du charpentier servent à percer les trous pour placer les chevilles ou entamer l’évidement des mortaises. La plus grande, nommée boulonnier, mesurant 65 centimètres de longueur, attaque les poutres et les pièces moisées. La plus petite, en forme de cuiller, se nomme laceret (ou lasseret) et permet le percement des diamètres qui varient de 13,5 à 23 millimètres. 

Les tarières du charron portent des noms particuliers. Le quillier est une grosse gouge à bords coupants, sorte de cuillère à tête plate, qui ouvre les moyeux avant le passage du tarreau qui, lui, donne l’entrée aux essieux ; il est accompagné d’un crochet qui aide à sortir le copeau. Plus courte et plus fine, la tarière à rivet fait les trous ou se placent les clous rivés. La tarière à jantes réalise les trous des jantes et la tarière à cheville ouvrière perce l’avant train d’une voiture afin d’y engager la cheville ouvrière.

Les tarières du sabotier sont essentiellement des cuillères de largeur différentes.

Voici quelques variétés de tarière :

La tarière est un peu l’ancêtre du vilebrequin. Il en existe depuis le XIème siècle.

Étymologie : du Gaulois tarere, du Latin taratrum.

Catégories :
Métier : Charpentier, Menuisier
Usage : Outils de forage
Domaine d'activité : Métiers du bois